Clinique Mots et gestes

Bienvenue à notre bureau d'orthophonie!

La dysphasie et autres troubles développementaux affectant le langage 

 

La dysphasie est un trouble du langage, d'origine neurologique, qui se manifeste en l'absence d'autres troubles cognitifs ou sensoriels et chez des enfants qui ont été normalement stimulés (trouble primaire). Le trouble affecte au moins deux composantes du langage et persiste malgré la mise en place de traitement orthophonique et de stratégies accrues et ciblées de stimulation (trouble persistant). Le trouble peut affecter la réception du langage par l'enfant, ou la réception et l'expression. La dysphasie est une forme précise de trouble du langage; d'autres types de difficultés langagières peuvent être observées et traitées. On sait par contre que la dysphasie aura des répercussions à long terme dans la communication de tous les jours et dans les apprentissages; les autres troubles du langage présentent moins de résistance au traitement orthophonique, mais toute atteinte du langage en bas àge est un facteur de risque important pour des difficultés d'apprentissage et de fonctionnement scolaire. 

 

Il peut être difficile de distinguer la dysphasie des autres troubles du langage, des troubles envahissants du développement et des troubles du spectre autiste. De toute façon, les caractéristiques précises des catégories diagnostiques évoluent avec le temps et les époques et les modèles pour représenter et nommer les troubles développementaux chez les enfants évoluent aussi avec les avancées de la recherche et des connaissances scientifiques.

 

Conclure à une dysphasie, à un autre trouble affectant le langage, mais surtout intervenir 

 

Une évaluation multidisciplinaire est requise pour arriver à nommer précisément un trouble de développement affectant le langage chez votre enfant. La contribution de l'orthophoniste sera d'analyser les composantes du langage et de la communication qui sont affectées, de déterminer les atteintes réceptives ou expressives, d'estimer la nécessité d'obtenir des évaluations complémentaires par d'autres professionnels, mais surtout de proposer, lorsqu'indiqué, un traitement orthophonique adapté précisément aux besoins de votre enfant. Avant d'arriver à un diagnostic précis par l'équipe, une période de traitement orthophonique d'environ six mois est nécessaire pour estimer la résistance audit traitement. Ainsi, une conclusion définitive de dysphasie sera rarement posée à l'évaluation initiale, surtout si l'enfant est très jeune (moins de 3 ans), et ne sera généralement pas émise avant l'àge de quatre ans. Par contre, les manifestations de tout trouble affectant le langage sont détectées bien avant, et il est important de mettre en place un traitement orthophonique ou des stratégies de stimulation accrue bien avant d'en arriver à une conclusion précise sur l'étiquette diagnostique. En définitive, les parents ne s'inquiètent pas pour rien devant leur enfant et savent rapidement qu'ils doivent agir et intervenir, souvent bien avant un diagnostic. Il ne faut pas minimiser l'inquiétude des parents ni leur dire d'attendre, il faut plutôt procéder à une première évaluation orthophonique et répondre aux inquiétudes sur la base d'observations objectives du fonctionnement de leur enfant. 

 

Bien que l'orthophoniste contribue à l'évaluation des enfants qui présentent un trouble envahissant du développement ou un trouble du spectre autiste, ce sont le psychologue ou le pédopsychiatre qui sont responsables de la pose de ces diagnostics. Par contre, ces troubles touchant particulièrement les habiletés de communication, il est très important de mettre en place précocement un traitement orthophonique pour en atténuer les effets du trouble et pour prévenir et l'apparition et diminuer la gravité de situations de handicap.

 

Symptômes possibles (variables selon les cas et selon les causes) 

 

Il y a de grandes étapes de développement du langage à surveiller chez votre enfant : 

 

À 12 mois

  • ne babille avec des changements dans le ton
  • n'utilise pas des gestes comme faire « bye bye » ou secouer la tête pour dire « non »
  • ne répond pas à son nom
  • ne communique pas d'une certaine façon quand il / elle a besoin d'aide avec quelque chose

À 15 mois

  • ne comprend pas et ne réagit pas à des mots comme « non » et « regarde »
  • ne dit pas de mots
  • ne pointe pas à des objets ou des images quand on lui demande « Où est le ...? »
  • ne pointe pas vers des objets qui l'intéressent pour attirer votre attention

À 18 mois

  • ne comprend pas de simples commandes comme « Touche pas »
  • n'exprime pas au moins 20 mots simples comme « maman » ou « en haut »
  • ne réagit pas à un mot, un geste ou à une question comme « Qu'est-ce que c'est? « ou « Il est où, ton soulier? »
  • ne peut pas pointer vers deux ou trois parties importantes du corps comme la tête, le nez, les yeux, les pieds

À 24 mois

  • dit moins de 100 mots
  • n'est pas systématiquement capable de joindre deux mots ensemble comme « papa parti » ou « maman manger »
  • n'imite pas les actions ou les mots
  • ne fait pas semblant avec des jouets, tels que faire manger une poupée ou faire rouler les voitures en faisant le bruit du moteur

À 30 mois

  • dit moins de 300 mots
  • n'utilise pas des mots d'action comme « courir », « manger », « tomber »
  • n'utilise aucun élément de grammaire adulte, tels que toujours utiliser les déterminants avec le nom ("LE" camion), ou les pronoms personnels (Je, Tu...)

À 3-4 ans

  • ne pose pas de questions à trois ans
  • est difficile à comprendre par des adultes qui ne le connaissent pas à trois ans
  • n'utilise pas de phrases (par exemple, « Je veux pas que... » ou « Mon camion est cassé ») à trois ans
  • n'est pas capable de raconter une histoire simple à quatre/cinq ans
  • omet plusieurs sons ou même des syllabes en prononçant les mots, par exemple :
    • « apo » ou « po » pour « chapeau »
    • « ana » ou « na » pour « banane »
  • remplace un son par un autre, par exemple :
    • l'utilisation de « ille » pour «r » qui fait que « rouge » sonne comme « illouge »
    • la substitution de « t » à la place des « s » pour que « soleil » est prononcé « toleil »
    • etc. (il existe plusieurs sortes de transformations de sons!

À tous les àges

  • Votre jeune enfant n'utilise pas de mots, mais ne fait que pointer et faire des bruits (ou même sans aucune voix) pour demander des objets
  • Votre enfant répète seulement ce que vous dîtes comme un perroquet au lieu d'utiliser des mots de son propre vocabulaire et de construire ses propres phrases
  • Votre enfant a du mal à s'engager dans la conversation et ne cherche pas à vous nommer des choses, vous faire des commentaires. Il devrait aimer vous parler et que vous échangiez avec lui/elle (ce qui est attendu dès le plus jeune àge) et ne devrait pas toujours éviter l'échange et préférer jouer tout seul sans jamais rechercher votre attention (ce qui est plus inquiétant)
  • Votre enfant possède un vocabulaire limité pour son àge (tant dans sa compréhension que dans les mots qu'il utilise)

Lecture et écriture

  • Votre enfant d'àge préscolaire a-t-il des difficultés avec la prélecture, le vocabulaire, la conscience phonologique? Même s'il ne sait pas encore lire, à quatre ans et cinq ans, il devrait commencer à pouvoir détecter des sons dans les mots et à jouer avec les mots. Par exemple :
    • Votre enfant sait-il que le mot « balle » commence avec le son « b » (le son de la lettre b)?
    • Votre enfant sait-il détecter quand les mots riment?
    • Votre enfant détecte-t-il lorsque les mots se ressemblent (débutent par le même son, ou qu'un petit mot est contenu dans un grand mot ex : on entend le mot « cou » dans « découper »
  • Votre enfant d'àge scolaire éprouve-t-il toujours des difficultés à répondre aux exigences du programme scolaire :
    • Les débuts d'apprentissage de la lecture en première année ont été (ou sont) difficiles (ne se souvient pas des mots étiquette d'une semaine à l'autre, n'arrive pas à se souvenir des sons que les lettres de base font, n'arrive pas à composer et à écrire de petites phrases avec les mots qu'il/elle a réussi à apprendre à lire)
    • Même après la deuxième année, la lecture continue à être difficile; votre enfant n'arrive pas à décoder tous les mots, n'arrive pas à lire une phrase complète sans faire de pause, n'arrive pas à une intonation de lecture naturelle, etc.
    • En troisième année et plus tard, votre enfant n'arrive pas à comprendre toutes les informations des textes écrits, a du mal à repérer toutes les informations et à se souvenir de ce qu'il vient juste de lire et ne peut pas, à partir d'une lecture, déduire des informations qui ne sont pas exposées explicitement dans le texte (ne peut pas faire des inférences)
    • Votre enfant n'arrive pas à produire un texte écrit selon les attentes de son niveau scolaire
    • Votre enfant a de la difficulté avec la compétence de « raisonner avec le langage mathématique » ou avec la résolution de problèmes en mathématiques
    • Votre enfant n'arrive pas à se souvenir du nom des différentes dizaines ni à nommer rapidement les chiffres de 1 à 100
    • Votre enfant n'arrive pas à écrire une dictée de chiffres sans fautes, par exemple a toujours du mal avec des chiffres comme 1009, 778, 10108, etc

 

Bégaiement

La parole de votre enfant est marquée par des pauses, des répétitions de syllabes et de sons ou des prolongements de sons? Plusieurs enfants entre les àges de 2 à 4 ans ont beaucoup d'hésitations dans leur parole. Il est très difficile de détecter ceux qui garderont un bégaiement de ceux qui n'en développeront pas à long terme, mais l'approche la moins souhaitable est celle d'attendre et de voir ce qui va arriver.

Le bégaiement n'est pas une problématique à base psychologique, n'est pas le fait des personnalités faibles, timides ou des personnes qui sont moins intelligentes. Le bégaiement est une difficulté de coordination motrice pour la parole, dont les bases et les fondements sont neurologiques; il y a également une composante génétique, d'où son apparition chez plusieurs individus d'une même famille.

Il est important d'obtenir une consultation en orthophonie si vous vous demandez si votre enfant ne serait pas en train de développer un bégaiement.